Les émotions de nos tout-petits, comment les accueillir?



5 novembre 2021

Tout le monde ne s’entend pas sur la manière d’accueillir les émotions des tout-petits. C’est pourtant quelque chose de fondamental pour les enfants. Ce qui rend la tâche difficile, c’est souvent qu’on ne sait pas trop ce qu’ils tentent de nous exprimer, particulièrement chez les petits bébés qui viennent tout juste de venir au monde. Mais comment décoder leurs émotions lorsqu’ils sont si petits ? Ce n’est pas simple, et ce, même si c’est notre troisième, même si on a lu le Mieux-vivre de long en large et même si on a posé des questions à différents professionnels (ou à des groupes de parents sur les réseaux sociaux), parce qu’en fait, chaque enfant est différent ! Par contre, les tout-petits vivent bel et bien des émotions et ça vaut la peine de les accueillir.

Commençons par discuter plus particulièrement des bébés. Ces petits êtres autrefois appelés des « nourrissons », ressentent bel et bien des émotions dès la naissance. Cependant, ce fut long avant de le reconnaitre, puisqu’un terme comme « nourrisson » réfère à une seule capacité du bébé : se nourrir ! C’est donc dire que la seule chose d’important pour un bébé naissant, est de remplir adéquatement son estomac, alors qu’en fait, nous savons aujourd’hui que ce n’est pas tout à fait comme cela que ça fonctionne. Les bébés ressentent dès la naissance certaines émotions de base comme la joie, la colère, la peur, la tristesse et le dégout. Il est parfois difficile de décoder ces différentes émotions, en grande partie puisque les pleurs sont l’un des principaux moyens de communication des bébés. Ce qui veut dire qu’un bébé vivant un trop-plein de joie peut l’exprimer par des pleurs et non en souriant ou en riant, puisqu’il n’a toujours pas acquis cette capacité. Petit à petit, on apprend à connaître notre bébé et ainsi comprendre la signification des différents types de pleurs qu’il exprime. Contrairement à la croyance populaire, nous n’allons pas tous deviner par « instinct maternel/paternel », nous avons tous besoin de temps pour apprendre à nous connaître.

Dans un autre ordre d’idées, qu’est-ce que ça veut réellement dire, accueillir les émotions de nos enfants ? C’est tout d’abord, accepter que l’enfant vive une émotion, accepter que l’émotion qu’il vit lui appartienne et qu’elle soit légitime pour lui. Notamment, un enfant a le droit d’être fâché, même si pour nous, la raison de sa colère peut prendre une ampleur disproportionnée. Par exemple, un enfant peut se fâcher puisqu’on a refusé de lui donner une friandise. Nous avons deux types de réponses possibles, soit: “ne sois pas fâché pour ça voyons”, ou encore “je comprends que tu sois fâché, tu aurais aimé une friandise”. On permet ainsi à notre tout petit d’identifier son émotion et de se sentir compris et validé dans ce qu’il vit (sans pour autant devoir lui donner une friandise). En bref, l’important pour accueillir les émotions des tout-petits, c’est principalement les accepter, sans juger, peu importe ce que l’on en pense.

Pour finir, il est normal de se sentir dépassé par les pleurs et les crises de nos bébés et de nos enfants. Pour beaucoup d’adultes d’ailleurs, la gestion de leurs propres émotions n’est pas toujours facile. Accompagner nos enfants dans ce même processus peut alors sembler difficile. N’hésitez pas à venir discuter à une intervenante du Berceau lorsque vous vous sentez un peu dépassé par la situation, nous sommes là pour vous !

Tanya B-Allaire
Sexologue

Partager sur Facebook