Démystifier les couches lavables



27 août 2020

Avoir un enfant, c’est aussi s’embarquer dans toutes sortes de décisions, les unes après les autres. Il faut faire des choix sur le type d’éducation que l’on veut donner à nos enfants, le type de garderie, faire la diversification classique (purée) ou celle menée par l’enfant (DME), mais aussi, choisir le type de couches que l’on veut utiliser pour son bébé. Tout ça n’est pas chose simple, parce qu’il y a tellement de mythes, de croyances et de valeurs différentes concernant les couches (et sur tous les sujets énoncés ci-haut d’ailleurs !). Laissez-moi vous éclairer un peu au sujet des couches lavables et démystifier ce que l’on entend fréquemment là-dessus, afin d’essayer d’alléger la prise de décision sur cette grande question.

Pour commencer, il est vrai qu’on entend des commentaires de toutes sortes sur les couches lavables : ça sent mauvais, c’est difficile à laver, ce n’est pas « réellement » écologique en raison du nombre de lavages et de l’électricité, ça coute aussi cher au final que des couches jetables en plus de nous compliquer la vie… et j’en passe !

D’abord, le premier mythe et non le moindre : les couches lavables, ça sent mauvais ! En fait, soyez-en certain, que vous utilisiez des couches jetables ou lavables, des selles de bébé, ça ne sera jamais accompagné de fleurs et de papillons. D’ailleurs, une poubelle à couche jetable ne sent pas très bon non plus. Avec le bon moyen d’entreposage, selon le type de couche choisi, il y a moyen de s’en sortir sans odeurs indésirables dans la maison. Une bonne routine de lavage permet également d’éviter les mauvaises odeurs.

Ensuite, parlons justement de ces routines de lavage. Il y a effectivement plusieurs facteurs à prendre en compte pour créer notre routine : le savon, le type d’eau de votre municipalité, l’entreposage ou encore le type de machine à laver. Cependant, une fois que l’on a compris la routine idéale pour nos couches, ça devient très simple. Il y a d’ailleurs plusieurs sites internet, pages Facebook et ateliers divers qui peuvent vous outiller à ce sujet.

Maintenant, le facteur écologique : évidemment que l’on utilise de l’eau et de l’électricité pour laver les couches. Cependant, il en faut encore plus pour fabriquer toutes les couches jetables qu’un enfant utilisera au cours de sa vie. Sans oublier la quantité de déchet qu’occasionnent les couches jetables comparativement aux lavables.

Finalement, le coût des couches, un autre sujet controversé. Il est vrai que lorsqu’on décide d’acheter uniquement des couches de confection spéciale, notre lot de base peut nous revenir assez cher. Néanmoins, plusieurs options peu couteuses s’offrent à vous pour les couches lavables. Il y a d’abord la possibilité d’acheter usagée, ce qui vous permettra en plus d’essayer plusieurs modèles de couches à prix modique pour votre enfant. Ensuite, il vous est également possible de repasser ces couches pour tous vos enfants. Certaines municipalités offrent même des subventions pour l’achat de vos couches lavables. 

Si vous désirez en savoir plus à ce sujet, nous offrons un café-causerie le lundi 16 novembre de 10h à 11h. Nous avons aussi une variété de produits pour couches lavables à la boutique du Berceau, autant des couches que des accessoires ou encore des produits pour les entretenir. Si vous recherchez un produit, mais que nous l’avons pas en boutique, nous sommes ouverts aux nouvelles suggestions. Vous pouvez donc envoyer un courriel à boutique@leberceau.org

Tanya B-Allaire

Animatrice et intervenante

Partager sur Facebook